archive

Archives de Tag: léonora miano

En effet, depuis que l’avidité des Européens de l’Ouest a fondu sur tous les territoires qu’il lui fut possible d’envahir et de s’accaparer, des cultures différentes, des points de vue divers, logent bel et bien dans un seul et même monde. Rien ne permettra à l’humanité de faire retour vers un chacun chez soi. Que l’on se rassure, cependant: les écrivains du Sud, les Subsahariens principalement, s’ils écrivent bien la fin du monde connu, ne croient pas à la disparition, quand cette dernière est comprise comme une extinction. Ils créent sur des failles, sur des béances parfois, parce qu’ils sont vivants et entendent le rester. Bien sûr, leur rapport au passé, lorsqu’ils en entretiennent un, n’est pas identique à celui des Occidentaux, qui fréquentent, souvent à l’aide de traces écrites de leur histoire, les moments clés de leur parcours, n’hésitant pas, d’ailleurs , à enjoliver les choses. Les Lettres subsahariennes produisent peu de romans historiques, au sens conventionnel du terme. Elles s’attachent plutôt à dépeindre la catastrophe, la perte qui, sous ses formes multiples, réside au coeur de l’expérience des peuples dont leurs auteurs sont issus. Cet examen du drame fondateur est, par ailleurs, arrimé au besoin de mieux saisir le présent, à la recherche d’une voie permettant de se dessiner un avenir.

 

Léonora Miano L’impératif transgressif L’Arche p12

Parlons du corps et de l’intimité avec Alfred Alexandre, Edem Awumey, Julien Delmaire, Frankito, Julien Mabiala Bissila, Jean-Marc Rosier, Insa Sané, Felwine Sarr, Sunjata et Georges Yémy. L’initiative est signée Léonora Miano, romancière. Elle demande à dix hommes, écrivains des mondes noirs, de raconter une première nuit d’amour. Les auteurs sont invités à naviguer entre Éros et Thanatos. Ainsi naît cette anthologie du désir où la rencontre amoureuse, le plaisir et la sexualitésubversive se déclinent sous une diversité de tons et de formes. Un ouvrage passionnant, tout en frémissements, pulsions et vibrations.

A écouter sur France Inter 

A écouter sur Ici Radio Canada

Nouvelles

ISBN : 978-2-89712-190-7
21,95 $
200 pages

Format numérique disponible :
ISBN EPUB : 978-2-89712-191-4
PRIX EPUB : 12,99 $
ISBN PDF : 978-2-89712-192-1
PRIX PDF : 12,99 $

Une critique du livre ici

Dans la préface de l’anthologie, Léonora Miano explique avoir rassemblé là uniquement des écrivains masculins parce que « l’idée d’une femme passant commande à dix hommes d’une nouvelle sur le désir [la] séduisait». Mais, également, parce qu’elle projette de renouveler l’expérience dans un second projet cette fois entièrement féminin, prolongeant alors son interrogation sur l’intime et le corps.

Elle avait entendu dire que nous étions pauvres comme des mendiants. Nous mangions du poisson salé – pas d’argent pour du poisson frais. Et cette vieille maison toute percée – nous courions avec une calebasse à la main pour attraper l’eau quand il pleuvait. Beaucoup de Blancs à la Jamaïque. De vrais Blancs, ils avaient de l’argent en or. Ils nous dédaignaient. Personne ne les voyait s’approcher de nous. Les Blancs d’autrefois n’étaient rien d’autre que des nègres blancs maintenant, et les nègres noirs étaient supérieurs aux nègres blancs.

La prisonnière des Sargasses

Jean Rhys 1966

Gallimard p 21

Je suis très heureuse à l’écoute de toute cette polémique sur la France raciste, les singes et les bananes d’avoir commencé en 2007 la rédaction de mon blog le petit lexique colonial. Le blanc est un noir comme les autres et ça commence à se voir… enfin

%d blogueurs aiment cette page :