archive

Communiqués

La revue DO KRE I S constitue un espace de dialogue, d’échanges entre différents pays et régions créolophones du monde. Elle offre aux lecteurs la possibilité de découvrir et d’apprécier la diversité culturelle de ces communautés. Elle rassemble autant de créations littéraires et artistiques que de réflexions critiques sur les instruments de cohésion sociale comme l’art, la littérature et la langue. A l’aube de son deuxième numéro, la revue DO-KRE-I-S vous invite encore une fois à vous plonger dans un univers créatif à travers la thématique « MIWA/MIROIR(S) ».

Thématique : Miwa / Miroir(s)

Eau dormante ou métal poli étamé, rétroviseur qui prévient du danger, vanité d’un Narcisse ou mégalo d’une galerie de glaces, le miroir reflète, dévoile, trahit, signale, questionne. Qu’il soit de poche, fixé au mur ou sur un pied, à manche ; qu’il rende de l’objet une image fidèle ou déformée, réduite ou agrandie, panoramique selon qu’il est plan, concave ou convexe, ou encore manipulé optiquement, le miroir est éclats, instants fugaces. Mais aussi, il est massif, implacable et immuable. Le miroir oscille entre sincérité et mensonge, entre surface et contenu, entre matériel et spirituel.

Souvent associé à la femme, à la coquetterie, au désir, le miroir est aussi un mode de représentation, de lecture du réel, il est surtout surface qui donne à réfléchir. Il évoque une dualité, l’autre, celui que je vois dans la glace ; l’autre, le reflet que son regard me renvoie. Ce banal objet du quotidien, source de confiance en soi, d’étonnements, de méditation fait aussi objet à travers toutes les cultures de nombreuses superstitions. Chez nous, en Haïti, il faut tourner sa face réfléchissante contre le mur la nuit pour détourner les mauvais esprits ; il faut le recouvrir de drap blanc ou noir avant l’enterrement d’un proche décédé récemment.

Nous accueillons des contributions scientifiques (extrait de mémoire, réflexions sur l’art, la culture et sur les langues créoles) ; des créations littéraires et artistiques (poésie, nouvelle, récit, extrait de roman, illustration et photographie) ; des reportages ; des entretiens ; des portfolios et des présentations d’artistes.

Modalités

Nous recevons toutes les contributions par Email (en format Word pour les textes) à l’adresse suivante :associationvagueslitteraires@gmail.com jusqu’au 15 mars 2018.

Pour les propositions d’articles, envoyez-nous un résumé de 600 caractères maximum de votre projet. Pour les reportages photos et portfolios, un petit texte de 800 signes et 15 photos maximum en basse définition sont attendus. La réponse concernant les sélections est prévue pour le 29 mars 2018. Nous espérons recevoir les articles complets des projets sélectionnés au plus tard le 20 avril 2018 ainsi que les photos en haute définition (HD)

 

Jean Erian Samson

Publicités

J’ai publié sur amazon mon recueil de contes. Il s’intitule journal de la femme squelette. Les femmes se reconnaîtront dans ces 81 contes que j’ai voulu médicaments de l’âme. Les hommes aussi pour peu qu’ils choisissent d’embrasser leur vulnérabilité. Nous sommes tous des vulnérables et c’est là notre force. C’est là le véritable secret. La contradiction peut-être c’est d’être totalement dans le monde marchand et d’y faire la « promotion » de la poésie, de la délicatesse, et de l’inutile. La beauté nous est-elle utile?

affiche femme squelette

J’ai dépassé ma peur, et je vous livre dans ce recueil les confidences de la femme squelette que je suis.

 

Le Professeur Aimé CHARLES-NICOLAS,
Président de First Caraïbes
a le plaisir de vous faire part de la tenue
d’un Colloque Scientifique International en Martinique
les 26-27 Octobre 2016 à l’Hôtel la Batelière
et le 28 au Mémorial ACTe en Guadeloupe.
Sous le Haut Patronage de : Mme Christiane TAUBIRA,
Garde des Sceaux, Ministre de la Justice
& de
Mme George PAU-LANGEVIN,
Ministre des Outre-mer.
L’Esclavage : quel impact sur la psychologie des populations ?
Historiens, psychiatres, sociologues, généticiens, politologues, anthropologues
se rencontrent pour en parler avec le public.
Retenez la date !
A très bientôt…..

source: firstcaraibes@orange.fr

Du nouveau sur la Banque numérique des patrimoines martiniquais :

431 nouveaux registres d’état civil disponibles en ligne

Un grand plus pour la recherche généalogique avec la mise en ligne de 431
registres de la collection état civil conservée aux Archives départementales,
venant s’ajouter aux 210 déjà disponibles et complétant, pour de nombreuses
communes et pour la période la plus ancienne (Fort-de-France, Le Lamentin, Le
Marin, Rivière-Pilote…), la collection des Archives d’outre-mer (ANOM) déjà en
ligne

Ces nouveaux registres concernent plusieurs populations et périodes de
l’histoire de la Martinique, dont :

21 registres concernant la population esclave, entre 1770 et 1848 ;
3 registres de nouveaux-libres (registres d’individualités), entre 1848 et
1858 ;
319 registres concernant tous les citoyens après l’abolition de
l’esclavage, entre 1848 et 1899,

Qui viennent s’ajouter aux quelque 150 registres d’individualités et
d’esclaves déjà en ligne

Plus de détails : http://www.patrimoines-martinique.org/?id=actualites

Message de Dominique Taffin, directrice des archives de la Collectivité »
Territoriale de Martinique

N’hésitez pas à partager la nouvelle

source: ghcaraibe@listes.u-picardie.fr

Samedi 12 décembre 2015 de 15h à 17h :Amphi Richelieu
17 rue de la Sorbonne Paris

« Les deux abolitions françaises de l’esclavage » par Frédéric REGENT, maître de conférences en histoire de la Révolution, à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

« Les deux abolitions françaises de l’esclavage »
Le 4 février 1794, puis le 27 avril 1848, la République française a aboli deux fois l’esclavage. Le cours s’intéressera aux modalités et circonstances de ces deux abolitions. Ces abolitions sont elles le résultat des combats des esclaves, de ceux des abolitionnistes? Pourquoi l’esclavage a-t-il été rétabli? Dans quelles circonstances? A la lumière des recherches récentes, ce cours qui s’adresse à tous les publics tentera de répondre à ces questions.

%d blogueurs aiment cette page :