archive

Journal commercial de la Pointe-à-Pitre

M Segault l’honneur de prévenir qu’il a toujours dans ses magasins un assortiment complet de marchandises en tous genres tel que: habillement confectionnés

Habits et redingottes de couleurs à fr 60
Gilets en drap et Casimir noir à fr 8
Pantalons plateaux vestes rondes et pantalons doublés en satin turc noir et de toutes couleurs
redingottes palataux vestes rondes et pantalons en condil russe pur fil
Redingottes, plateaux vestes rondes et pantalons de toutes étoffes, blanches et de couleur
Gilets de flanellen à fr 7 et caleçon à 2, 75 c
Redingottes habits, gilets, pantalons pour jeunes gens de tous âges
Gilets et cottes en drap pour enfant de 3 à 7 ans
Chemises pour homme de toutes qualités
Chaussettes écrues à fr 9 et blanche à fr 12
Forts gants à fr 1,50c la paire
Cols et cravattes en satin noir
Casquettes de chasse à fr 3
Bretelles caoutchouc à fr4
Très beaux parapluies à fr 1,30c la livre
Eau de cologne, à fr le pot, et savon de barbe à 50c le pain
Meubles en tous genres, très beaux tapis de guéridon en drap imprimé
Demi-baignoire en cuivre, bains de pieds et de jambes, et terrine en zinc
Cafetières-Lemarre, burettes à huile, marmites, casseroles etc. et tout ce qui concerne les ustensiles de ménage

Journal de la Pointe à Pitre du mercredi 25 novembre 1835

de 36 carrés de terre, située dans le quartier du Gosier, à une demie de la ville, d’un pâturage excellent, ayant de bons bâtiments, parapet carrelé, citerne, beaucoup d’arbres fruitiers, quelques plantations, bois de construction, etc. et 8 nègres des deux sexes y attachés, qui seront vendus avec ou séparément – S’adresser à M Herbelin, habitation Besson, près de M Grenier

Journal commercial de la Pointe-à-Pitre jeudi 16 janvier 1834 n°3

M Ondin, ancien maître écrivain et membre honoraire du bureau académique d’Ecriture de Paris, désirerait trouver promptement à enseigner en ville, à 8 ou 10 écoliers. Outre les trois genres d’écriture française (Bâtarde ronde et coulée) il enseignera également dans toute sa perfection l’écriture cursive anglaise. Il bornera son enseignement exclusivement à l’utile et agréable talent de l’écriture et de la lecture. S’adresser au Bureau de cette Feuille, où il a remis des modèles des divers genres d’écritures usitées en Europe.
Oudin
Journal politique et commercial de la Pointe-à-Pitre du 18 février 1819 n°7

Théâtre de la Pointe-à-Pitre
M Speneux ayant eu l’honneur d’obtenir de son excellence Monsieur le Gouverneur, ainsi que de Monsieur L’intendant le privilège exclusif des théâtres de la Guadeloupe, a l’avantage de prévenir le public qu’il ne négligera rien pour rendre le spectacle digne de son attention, en se procurant des iles adjacentes les sujets les plus recommandables.
Aidé par la complaisance de MM les Amateurs de cette ville, il débutera dimanche prochain 17 du courant par
Les folies amoureuses
comédie en trois actes et en vers suivie du Prisonnier ou la Ressemblance Opéra en un acte de Dellamaria

Pointe à pitre le 15 mai 1817
Journal de la Pointe-à-Pitre le jeudi 15 mai 1817n° 19

Une jolie petite habitation, située dans le Quartier de Sainte-Anne, d’environ 32 carrés de terre, plantée en café, coton, manioc, bananes et autres vivres, elle est close par des haies vives qui l’entourent entièrement. Il y a sur cette propriété 40 beaux nègres, un troupeau de Moutons et des bêtes à cornes, le tout dans le meilleur état possible. S’adresser soit à M Gnomon Père demeurant sur le Petit-Cours à la Pointe-à-Pitre qui en donnera tous les renseignements nécessaires ou à M Annotent demeurant au quartier de Sainte-Anne
M Gnomon Père a à vendre des Seringues pour les animaux
Pointe-à-Pitre le 15 janvier 1717

Journal politique et commercial de la Pointe à pitre du 30 janvier 1817 N° 4

Guadeloupe Pointe-à-Pitre le 20 septembre 1816
Nous sommes maintenant tous occupé (plus ou moins) à réparer les dévastations que nous a occasionné le terrible Coup de vent qui a eu lieu dans la nuit du dimanche au lundi suivant et même pendant ce dernier jour, il a commencé le lundi environ une heure du matin et n’a fini que vers les quatre heures du soir de ce même jour. Plusieurs maisons tant en ville que dans la nouvelle ville ont été totalement renversées d’autres ont eu leur toit enlevé, ce spectacle est affreux, toutes les clôtures des jardins ont été renversés, les arbres de nos promenades cassés, les bannières sur les habitations ont été détruites, les cafés déracinés, les cannes couchées, partie des bâtiments renversés et les fonds ne forment plus que des abimes remplis d’eau, les navires dans le port ont tous chassés quelques uns même se sont jettés sur des bancs et s’en sont heureusement retirés le lendemain

Journal de la Pointe à pitre du 21 septembre 1816 N° XXXVIII

%d blogueurs aiment cette page :