archive

Revue de presse

Ils étaient coupeurs de cannes, éboueurs, muletiers. On leur avait dit qu’il fallait défendre, à 7000 kilomètres de chez eux, cette «mère patrie» dont ils ne savaient rien et qu’ils appelaient «Là-bas», «En l’Autre Bord», «De l’Autre Côté», «Chez les Vieux-Blancs» ou, en riant, «Dans le Pays de la Personne». Ils avaient embarqué sur des cuirassiers, chanté l’hymne créole («Les Guyanais, les Antillais sont fiers d’être soldats français»), été enrégimentés sur le continent et engagés sur tous les fronts.

Aux côtés des «Blancs-France», ceux que leurs sous-officiers surnommaient «Bamboula» et «Chocolat» avaient combattu les Allemands à Douaumont et les Ottomans aux Dardanelles. Raphaël Confiant donne à lire, ici, les lettres poignantes de ces enfants des Caraïbes exposés sans trembler aux orages d’acier. Mais aussi des témoignages exacerbés, comme celui, imaginaire, de ce poilu martiniquais qui met son plaisir et sa rage à enfoncer la baïonnette dans le corps de l’ennemi sur le compte de la revanche: 

Le Teuton qui vous fait face, à l’instant où vous jaillissez de votre tranchée, devient le Béké, le Blanc créole, devant lequel les vôtres et vous n’ont jamais pu que courber l’échiné et balbutier « oui, missié ».»

Mais c’est en Martinique que se déroule l’essentiel du roman, auprès de femmes brisées et comme sidérées par la férocité d’une guerre qui échappe à l’entendement: Man Hortense a perdu son fils Théodore à la bataille de la Marne, la spirite Lucianise, rescapée de l’éruption de la montagne Pelée, attend des nouvelles de son frère jumeau plongé dans l’enfer de Verdun, et la couturière Euphrasie, de son mari, prisonnier en Allemagne.

Publié sur bibliobs le 27-10-2013

Publicités

A écouter les Lundis de l’histoire sur France culture (12 septembre 2011). Thème du jour: la nouvelle histoire qui aborde la question du déclin de l’histoire, j’ai envie de dire « académique », et surtout la question des rapports entre la littérature (et non la fiction) et l’histoire. Qui a dit déjà que l’histoire était un roman vrai?

Par Roger Chartier

La nouvelle histoire n’est plus ce qu’elle était. Réflexions d’aujourd’hui sur la discipline

Invité(s) :
Patrick Boucheron, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Antoine Lilti, directeur d’études à l’EHESS, secrétaire de la rédaction des Annales

A écouter ici 

Article de FRédéric Gircour et Nicolas Rey publié dans la revue « Les Zindigné(e)s »
Début 2009, un mouvement social d’une ampleur inédite secoue la Guadeloupe et plonge le petit archipel caribéen sous les feux des projecteurs, écornant au passage la carte postale. On peut parler d’ampleur inédite…
%d blogueurs aiment cette page :