archive

Archives de Tag: littérature

Je vous invite à visiter ma bibliothèque en ligne et à y contribuer si vous le souhaitez. Sur la page d’accueil 2 jeux. L’oracle, à consulter le matin si ça vous chante ou le soir pour guider vos rêves. La page blanche pour tester vos connaissances littéraires. La « Une » où je parle des livres que j’ai aimé. Pour finir des citations littéraires.

La bibliothèque s’appelle Histoires en chemin. Création Julie Chetaille. Je suis une fan de ses photographies que vous pouvez consulter ici. Merci à Clément Azar pour ses contributions. Je les mettrais tout bientôt en ligne.

Gilda

Ah oui et le site  www.histoiresenchemin.fr c’est ici ! Et aussi j’oubliais un autre jeu très amusant pour ceux qui souhaitent écrire « la petite fabrique des écritures ». Il s’agit d’un atelier d’écriture en ligne. Au bout du jeu vous aurez écrit votre texte accompagné des écrivains lus sur Histoires en chemin. Il suffit de lancer la petite fabrique…

Le titre du post est l’incipit d’un roman mais lequel? Un séjour en Guadeloupe à gagner pour ceux qui trouvent la bonne réponse!! Non je rigole. Il n’y a rien à gagner du tout. Même pas un ebook « 30 jours pour écrire mon roman » ou encore « Rencontrez l’âme soeur en 3 jours seulement » en téléchargement. Rien de rien!!!

Tout commence avec les chaussures. Enfant, je ne peux pas supporter d’être pieds nus et je supplie sans cesse pour avoir des chaussures, les chaussures de n’importe qui, même par les journées les plus chaudes. Ma mère, a minha mae, fronce les sourcils, elle est en colère à cause de ce qu’elle appelle mes manières de coquette. Seules les mauvaises femmes portent des talons. je suis dangeureuse, elle dit, dangereuse et sauvage, mais elle finit par se calmer et me laisse porter les chaussures dont la Senhora ne veut plus, à bouts pointus, avec un des talons cassé, l’autre bien usé et une boucle dessus. Résultat, dit Lina, mes pieds sont inutiles, ils seront toujours trop tendres et n’auront jamais les plantes solides, plus dures que du cuir, qu’exige la vie. Lina a raison. Florens, elle dit,  on est en l’an 1690. Qui d’autre à notre époque a les mains d’une esclave et les pieds d’une grande dame portugaise?

Un don Toni Morrison

Christian Bourgois éditeur p10

Parlons du corps et de l’intimité avec Alfred Alexandre, Edem Awumey, Julien Delmaire, Frankito, Julien Mabiala Bissila, Jean-Marc Rosier, Insa Sané, Felwine Sarr, Sunjata et Georges Yémy. L’initiative est signée Léonora Miano, romancière. Elle demande à dix hommes, écrivains des mondes noirs, de raconter une première nuit d’amour. Les auteurs sont invités à naviguer entre Éros et Thanatos. Ainsi naît cette anthologie du désir où la rencontre amoureuse, le plaisir et la sexualitésubversive se déclinent sous une diversité de tons et de formes. Un ouvrage passionnant, tout en frémissements, pulsions et vibrations.

A écouter sur France Inter 

A écouter sur Ici Radio Canada

Nouvelles

ISBN : 978-2-89712-190-7
21,95 $
200 pages

Format numérique disponible :
ISBN EPUB : 978-2-89712-191-4
PRIX EPUB : 12,99 $
ISBN PDF : 978-2-89712-192-1
PRIX PDF : 12,99 $

Une critique du livre ici

Dans la préface de l’anthologie, Léonora Miano explique avoir rassemblé là uniquement des écrivains masculins parce que « l’idée d’une femme passant commande à dix hommes d’une nouvelle sur le désir [la] séduisait». Mais, également, parce qu’elle projette de renouveler l’expérience dans un second projet cette fois entièrement féminin, prolongeant alors son interrogation sur l’intime et le corps.

A écouter les Lundis de l’histoire sur France culture (12 septembre 2011). Thème du jour: la nouvelle histoire qui aborde la question du déclin de l’histoire, j’ai envie de dire « académique », et surtout la question des rapports entre la littérature (et non la fiction) et l’histoire. Qui a dit déjà que l’histoire était un roman vrai?

Par Roger Chartier

La nouvelle histoire n’est plus ce qu’elle était. Réflexions d’aujourd’hui sur la discipline

Invité(s) :
Patrick Boucheron, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Antoine Lilti, directeur d’études à l’EHESS, secrétaire de la rédaction des Annales

A écouter ici 

%d blogueurs aiment cette page :