archive

Avis de marronage

Est parti marron depuis le 1er octobre dernier le nègre Frédéric âgé de 33 ans taille de 5 pieds environs, belle figure, peau très noire, ayant encore la cicatrice d’un panaris au pouce de la main gauche, il est bon charpentier. Ses allures sont ordinairement sur l’habitation des demoiselles Capre aux Abimes où ils a ses habitudes mais son maître a été informé qu’il travaillait de son état dans les quartiers de Canal et du Port Louis. Cinquante gourdes de récompense à celui qui le conduira à la geôle en en donnant avis à M Simmonet sur son habitation au Gozier. On poursuivra avec toute la rigueurs des lois ceux qui pourraient l’employer ou lui donner asile
Gazette officielle de la Guadeloupe
N°3 du 15 janvier 1827

Publicités

n°819 Félicité négresse se disant à Mme Lubin, du Moule, taille de 5 pieds, âgée de 22 à 24 ans, trois petites coupures à chaque tempe à déclaré être enceinte de cinq mois, conduite par la Police provenant du violon le 24 aout 1831
n°833 Un nègre, ne voulant dire son nom et celui de son maître, taille de 5 pieds, âgé de 26 à 28 ans, quatre coupures entre les sourcils, cinq marques noires à la tempe droite et une cicatrice près de l’oreille, six marques noires à la tempe gauche, les oreilles percées, plusieurs marques formant une raie verticale au milieu de l’estomac et tatoué sur le ventre, conduit du petit-bourg comme marron.
n°834 Michel nègre se disant à Mme Antoine Loger du Morne-à-l’eau, taille de 4 pieds 1à pouces, âgé de 13 à 14 ans. Front bombé nez épaté et une cicatrice au-dessous, conduit de Ste anne comme marron le 29 août 1831
n°935 Un nègre ne voulant dire son nom ni celui de son maitre taille de 5 pieds, âgé d 28 à 30 ans deux petites coupures au milieu du front deux autres à la tempe gauche deux marques rondes à la droite, une marque au bas de l’oeil droit, a eu la lèvre supérieure fendue du côté droit, une forte marque de vésicatoire sur le flanc gauche, et tatoué sur le ventre, conduit de Ste anne comme marron le 29 août 1831
n° 836 Arlequin nègre se disant à M Chevalier Galon du caual, taille de 5 pieds 5 pouces, âgé de 28 à 30 ans a une forte cicatrice sur le côté gauche du front conduit des Abymes comme marron le 29 août 1831
le concierge des prisons Artis
Vu au bureau de la direction générale de l’intérieur Lesteriez

journal de la Pointe-à-Pitre du jeudi 15 septembre 1831

Le 23 juin dernier, sont parties de chez le soussigné qui en a fait sa déclaration chez M le commissaire de Police les deux négresses ci-après:
1° Sophie, supposée enceinte de 3 à 4 mois âgée de 20 ans, taille de 5 pieds, ayant de l’embonpoint les lèvres grosses et saillantes, la physionomie douce, elle a des habitudes avec Toussaint, nègre perruquier appartenant à Babau, propriétaire en cette ville.
2° Catherine, achetée de M Antechan âgée de 34 ans, taille de 4 pieds 11 pouces, ayant les yeux enfoncés et la marche aisée
Deux quadruple de récompenses seront données à ceux qui les arrêteraient et en donneraient avis au soussigné qui prévient qu’il poursuivra, d’après les lois et règlements les personnes qui se permettent de leur donner asile et de les receler
Pointe à Pitre le 21 juillet 1817
Rocous Avoué
Journal de la Pointe-à-Pitre du 31 juillet 1817

Est parti marron, le 2 du courant un petit mulâtre espagnol nommé joseph marie âgé de 12 ans d’une complexion robuste, le teint basané et ayant une grande cicatrice sur le derrière de la jambe au dessus du talon. Celui qui le conduira au soussigné recevra deux moedes de récompense. On poursuivra avec toute la rigueur des lois ceux qui lui donneraient asile.
Pointe-à-Pitre le 15 mai 1817
Poney
Journal de la Pointe-à-Pitre le 15 mai 1817 n°19

Est partie marronne depuis environ trois mois, une jeune Négresse nommée Judith, agée d’environ 18 ans, provenant de la vente de M Coraux elle est d’une jolie figure, taille environ quatre pieds dix pouces, grands yeux, petite bouche, la peau noire et portant aux oreilles de grands anneaux, persuadé qu’elle a été débauchée par quelques nègres provenant de la même vente, on invite ceux qui l’arrêteront de la faire conduire à la première geôle en donnant avis à Mme Vve Budan à l’Anse Bertrand qui promet deux moedes de récompense.

Journal de la Pointe-à-Pitre IV du samedi 30 septembre 1815

%d blogueurs aiment cette page :