N° 78. — ARRÊTÉ DE M. LE GOUVERNEUR concernant l’envoi au Sénégal de l’esclave Manine.

Basse-Terre , le 19 mars 1846.

Nous, GOUVERNEUR DE LA GUADELOUPE ET DÉPENDANCES, Vu la demande présentée par M. le Maire de la commune de la Capesterre (Marie—Galante), tendant à faire exporter de la colonie, l’esclave Manine, appartenant à M. L. BOULOGNE;

Vu l’ordonnance royale du 9 novembre 1831, et les instructions ministérielles relatives aux esclaves reconnus dangereux pour la tranquillité publique; Vu l‘arrêté local du 8 mars 1832; portant création d’une chaîne de correction à la Basse—Terre; Sur la proposition du Directeur de l’Administration intérieure , AVONS ARRÊTÉ et ARRÊTONS ce qui suit :

ART. 1″. L’esclave Manine, appartenant à M. L. BOULOGNE, demeurant à la Capesterre (Marie-Galante), sera reçue à la chaîne de correction, créée à la Basse—Terre par arrêté local du 8 mars 1832, pour y être employée jusqu’au moment de son départ pour le Sénégal.

2. L’Ordonnateur et le Directeur de l‘Administration intérieure sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera enregistré partout où besoin sera.

Fait à la Basse—Terre, le 19 mars 1846.

Signé LAYRLE.

Par le Gouverneur : Le Directeur de [Administration intérieure,

Signé JULES BILLECOCQ.

Enregistré au Contrôle, le 19 mars 1846, vol. n. 48 , f. 21.

Cette « poétique », qui est aussi un miracle, et qui saurait fonder une politique, pourra-t-elle survivre à la période exaltante de cette campagne électorale et de la victoire qui l’a conclue et résister aux obligations du nouveau chef de la diplomatie et des forces armées d’un tel pays? L’utopie est ce qui manque au monde, le seul réalisme capable de dénouer le noeud des impossibles.

L’intraitable beauté du monde

Adresse à Barack Obama p.35

Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau

Gallaade/ Institut du tout-monde

J’ai publié sur amazon mon recueil de contes. Il s’intitule journal de la femme squelette. Les femmes se reconnaîtront dans ces 81 contes que j’ai voulu médicaments de l’âme. Les hommes aussi pour peu qu’ils choisissent d’embrasser leur vulnérabilité. Nous sommes tous des vulnérables et c’est là notre force. C’est là le véritable secret. La contradiction peut-être c’est d’être totalement dans le monde marchand et d’y faire la « promotion » de la poésie, de la délicatesse, et de l’inutile. La beauté nous est-elle utile?

affiche femme squelette

J’ai dépassé ma peur, et je vous livre dans ce recueil les confidences de la femme squelette que je suis.

 

Le procureur général rappelle à qui de droit, qu’aux termes de l’ordonnance royale du 29 avril 1836, tout habitant qui veut emmener son esclave en France est tenu préalablement de le faire affranchir et de déposer un cautionnement pour garantir les droits des tiers, si le départ s’effectue avant l’expiration des délais accordés pour les oppositions à l’affranchissement.

Le département de la marine ayant été à même de reconnaître que ces dispositions ont été fréquemment éludées, l’Administration doit veiller à l’avenir à leur stricte observation. En conséquence, MM. les habitants qui se trouveront dans le cas prévu par l’ordonnance ci-dessus rappelée, doivent se tenir pour avertis que l’article 2 de cette ordonnance, exclusivement destiné à garantir, en cas de fraude, l’affranchissements subséquent de l’esclave, n’a nullement pour  but de rendre facultatif pour le maître l’affranchissement préalable de son esclave.

La capitaines de navire sont également prévenus, que sous peine d’être poursuivis conformément aux ordonnances en vigueur dans la colonie, ils ne pourront recevoir à leur bord des noirs de l’un ou l’autre sexe, à titre de passagers, avant d’avoir exigé l’hexhibition de leur passe-port.

 

extrait de la Gazette Officielle de Guadeloupe

En 1746, dans une période de crise économique, le gouverneur de la Guadeloupe de Clieu regrettait l’incapacité du commerce métropolitain à approvisionner profusément les colonies en ces termes : « oserai-je hasarder l’idée que j’ai du grand inconvénient de l’état actuel des colonies, et où je le place, c’est dans la moindre consommation dont l’habitant a tout à fait pris le goût; réduit à se passer souvent du nécessaire il a appris à diminuer ses besoins; disposition funeste au commerce, et que je remarque avec peine être devenue générale, et c’est dans la vue de l’éloigner de cet esprit d’économie, et de le conserver au contraire dans l’utile nécessité des dépenses, que je n’ai cessé de penser qu’il était avantageux en tout temps de l’entretenir dans une sorte d’abondance ». La frugalité apparaît alors comme une vertu nuisible, génératrice d’effets pervers, contraire à la richesse de la métropole.

Travail, capitalisme et société esclavagiste

Guadeloupe, Martinique (VVIIe-XIXe siècles)

Caroline Oudin-bastide

Editions La découverte 2005 p 44-4

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 247 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :