archive

Archives du 26 décembre 2016

Le héros, par conséquent, est l’homme ou la femme qui a réussi à dépasser ses propres limitations historiques et géographiques et à atteindre des formes d’une portée universelle, des formes qui correspondent à la véritable condition de l’homme. Les images, les idées et les aspirations du héros découlent directement des sources premières de la vie et de la pensée humaines. C’est pourquoi elles sont l’expression, non pas de la psyché et de la société d’aujourd’hui, qui sont en voie de désintégration, mais de la source intarissable qui préside à la naissance de la société. Le héros est mort en tant qu’homme de notre temps; mais en tant qu’homme éternel – achevé, non particularisé universel-, il est né à nouveau. Le second devoir, la seconde tâche sacrée qui lui incombe, est donc (comme le déclare Toynbee et comme le disent toutes les mythologies de l’humanité) de revenir alors parmi nous, transfiguré, et de nous enseigner ce qu’il sait de cette vie renouvelée.

Le héros au mille et un visages Joseph Campbell p28

%d blogueurs aiment cette page :