La fierté d’être nègre

Le Cahier est une suite de notes poétiques portant sur une réalité bien spécifique. Le discours qui se dégage de cette œuvre magistrale vise la récupération de l’héritage des déportés africains contraints à vivre en Amérique dans l’asservissement et le mépris. Césaire participe à l’exhumation d’un moi enterré auquel, avec ses collègues Senghor et Damas, il attribue le nom de Négritude. Le Cahier traite d’une réalité repoussante et « peut se lire, selon Jean-Louis Joubert, comme une quête orphique: plongée aux abîmes de la mauvaise foi, descente aux enfers de l’oppression raciale, pour y conquérir la fierté d’être nègre ». Le chemin de la conquête de cette fierté croise verve et verbe. Il nous prépare à la constatation de la fin d’un monde ou de la fin d’un temps.

Le merveilleux, de l’imagination au « je » prodigieux: l’apport de la Négritude au surréalisme dans Phénoménologie du merveilleux p188 Presse de l’Université du Québec Sous la direction de Schallum Pierre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :