La moindre consommation

En 1746, dans une période de crise économique, le gouverneur de la Guadeloupe de Clieu regrettait l’incapacité du commerce métropolitain à approvisionner profusément les colonies en ces termes : « oserai-je hasarder l’idée que j’ai du grand inconvénient de l’état actuel des colonies, et où je le place, c’est dans la moindre consommation dont l’habitant a tout à fait pris le goût; réduit à se passer souvent du nécessaire il a appris à diminuer ses besoins; disposition funeste au commerce, et que je remarque avec peine être devenue générale, et c’est dans la vue de l’éloigner de cet esprit d’économie, et de le conserver au contraire dans l’utile nécessité des dépenses, que je n’ai cessé de penser qu’il était avantageux en tout temps de l’entretenir dans une sorte d’abondance ». La frugalité apparaît alors comme une vertu nuisible, génératrice d’effets pervers, contraire à la richesse de la métropole.

Travail, capitalisme et société esclavagiste

Guadeloupe, Martinique (VVIIe-XIXe siècles)

Caroline Oudin-bastide

Editions La découverte 2005 p 44-4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :