Libéralisme et castration

Charles Melman a cette formule: en société libérale, « la fabrication d’objets aptes à satisfaire les orifices corporels est devenue une exigence ». Elle vise des jouissances orificielles dont Freud disait qu’elles pouvaient primer sur la jouissance sexuelle. Alors, tout orifice est traité comme une bouche: pour la bouche, donc, le chariot du supermarché et la grande bouffe; pour les yeux, le flux permanent des images; pour les oreilles, la salade du son permanent (auto, télé, musique); pour le sexe, la consommation pornographique des corps.  Notre culture libérale nous inscrit dans ce registre du besoin où il est question de faire d’un bien sa propriété afin d’en disposer; schéma qui nous renvoie à une logique orale et digestive où il est question de prendre et d’avaler. Ce registre du besoin doit être distingué du registre du désir.

Jean Claude Liaudet

Du bonheur d’être fragile Albin Michel 2007 p49

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :