archive

Archives du 14 septembre 2014

Parlons du corps et de l’intimité avec Alfred Alexandre, Edem Awumey, Julien Delmaire, Frankito, Julien Mabiala Bissila, Jean-Marc Rosier, Insa Sané, Felwine Sarr, Sunjata et Georges Yémy. L’initiative est signée Léonora Miano, romancière. Elle demande à dix hommes, écrivains des mondes noirs, de raconter une première nuit d’amour. Les auteurs sont invités à naviguer entre Éros et Thanatos. Ainsi naît cette anthologie du désir où la rencontre amoureuse, le plaisir et la sexualitésubversive se déclinent sous une diversité de tons et de formes. Un ouvrage passionnant, tout en frémissements, pulsions et vibrations.

A écouter sur France Inter 

A écouter sur Ici Radio Canada

Nouvelles

ISBN : 978-2-89712-190-7
21,95 $
200 pages

Format numérique disponible :
ISBN EPUB : 978-2-89712-191-4
PRIX EPUB : 12,99 $
ISBN PDF : 978-2-89712-192-1
PRIX PDF : 12,99 $

Une critique du livre ici

Dans la préface de l’anthologie, Léonora Miano explique avoir rassemblé là uniquement des écrivains masculins parce que « l’idée d’une femme passant commande à dix hommes d’une nouvelle sur le désir [la] séduisait». Mais, également, parce qu’elle projette de renouveler l’expérience dans un second projet cette fois entièrement féminin, prolongeant alors son interrogation sur l’intime et le corps.

Ils ont ouvert la porte de ma cellule et je suis sorti. J’ai trouvé un chemin et je l’ai pris. Où aller? J’ai commencé par dire: j’enseignerai la marche à ma liberté. Elle s’est penchée vers moi, je me suis adossé à elle et je l’ai étayée. Nous sommes alors tombés sur le vieux marchand d’oranges, je me suis relevé et j’ai entassé ma liberté sur mon dos, ainsi que l’on charge les pays sur les chameaux ou les camions, et j’ai marché.

« La terre nous est étroite » Mahmoud Darwich Gallimard p 164

philosophie et existence!

Mon blog change de nom.

Ce n’est pas la première fois, ni sans raison.

Au commencement, il prit mon nom, pour faciliter le référencement.

Ce n’était pas immodestie, mais plutôt quelque égarement criant son nom dans le désert.

Puis

il se baptisa

« philosophie de l’inexistence »

pour élire le noir sous toutes les couleurs.

L’indignation qui me définit voulait noircir, accuser les traits

d’une métaphysique de ce rien que nous sommes et qui nous entoure.

Mais

le souci, le seul but,

évidemment, était toujours d’exister,

d’atteindre enfin cette existence dont on nous prive.

C’est

pourquoi

il prit le nom d’ « existence »

en choisissant le blanc comme fin de toutes les couleurs

Mais

le temps

sans doute est venu

d’insister sur l’existence

et de dire qu’elle n’est jamais

un fait, mais toujours une exigence.

que tel soit donc le sens du point d’exclamation.

Ce point est en plus, comme…

Voir l’article original 188 mots de plus

%d blogueurs aiment cette page :