Pour quoi faire la révolution?

Pierre Serna,  directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I-Sorbonne) était l’invité de la Fabrique de l’histoire du 30 mars 2012. Le thème: l’actualité de la révolution française.

Il publie avec 4 autres auteurs un essai « Pour quoi faire la révolution » aux éditions Agone

Mes notes prises à la volée:pour quoi faire la révolution

La révolution est-elle finie, un sujet clôt? L’histoire de la révolution mérite d’être réinterrogée aujourd’hui. Le bicentenaire l’avait présentée comme un objet fini et clôt (François Furet et la thème du centralisme achevé avec la révolution). Une des clés est la politisation des communautés. Les peuples ne font pas la révolution de manière inconsciente. L’histoire globale telle qu’elle est brossée ne prend pas en compte l’évènement politique (cf primitive globalisation). Ne pas perdre de vue le politique à force de s’interroger sur l’économique notamment. Les révolutions sont constitutives de la globalisation. On avait oublié une partie de l’histoire en fait on a passé à la trappe les marges (les colonies, l’asservissement et l’esclavage notamment). Il faut tout repenser en terme de colonisation. La thèse de Tocqueville Pierre Serna n’en est pas convaincu. Il propose de renverser le paradigme. La construction de l’État était l’objet même de cette histoire. Serna va a contrario: mettre au cœur la souffrance, les petits, ceux dont on ne parle jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :