Blanche figure

Si certains planteurs font venir leurs cadres de France la plupart sont recrutés dans la foule de jeunes Européens qui arrivent sans cesse dans les îles « sans fonds, sans crédit, sans aucune espèce de talent, seulement avec la persuasion de faire fortune, pourvu qu’ils montrent blanche figure ». La profession n’exige en effet aucune qualification initiale, l’apprentissage se faisant sur le tas:  » un malheureux blanc qui se fait piqueur de nègres, est un économe », peut encore ironiser en 1846 le chef d’escadron de la gendarmerie coloniale France.

Travail, capitalisme et société esclavagiste

Guadeloupe, Martinique (VVIIe-XIXe siècles)

Caroline Oudin-bastide

Editions La découverte 2005 p 2 p63

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :