Le béton arrosé d’argent public

Henri kakinadassamy, arrière-petit-fils d’engagé indien, avait, voici une quarantaine d’années, bâti un empire sur une constatation simple: en Guadeloupe, plus aucune des cultures traditionnelles ne rapporterait. Ni la canne ni la banane. Rien! Les seules plantes qui dorénavant, prospéreraient sur les terres calcaires et volcaniques de l’île étaient les routes à deux, quatre et six voies, les immeubles de un à douze étages, les villas  avec ou sans piscine, en un mot: le béton, arrosé d’argent public.

 

L’homme pas dieu Frankito

Edition Ecriture 2012, p30

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :