…marqués du sceau indélébile d’une certaine illégitimité

Que souhaitez-vous de plus? dit la droite, quelle idée de mettre des bombes? (…) Quel est donc ce problème? Il ne relève pas du droit commun, mais du politique. il réside dans la situation paradoxale suivante: plus la démocratie française se développe ici, et plus la colonisation se renforce. (…) Le paradoxe est le suivant: si nous jouissons exactement des mêmes libertés formelles qui les citoyens français, la loi qui est violence légitimée ne fonctionne pas de la même manière dans la conscience du Français que dans celle du Guadeloupéen. Car si les lois et les acquis démocratiques en France résultent de l’histoire même du peuple français, si leur légitimité s’impose aux français, c’est parce qu’ils sont aussi les conquêtes des luttes populaires françaises. En Guadeloupe, ils sont toujours marqués du sceau indélébile d’une certaine illégitimité parce que relevant d’une extériorité certaine. Ils ont été introduits ici par la violence de la colonisation et le statut de l’esclavage.

L’auteur cite Jacky Dahomay philosophe Guadeloupéen

François- Xaiver Guillerm (In) dépendance créole Editions jasor 2007 p 18

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :