Libre, souveraine et heureuse

En 1965-1966, le GONG c’est un peu tout cela: c’est un mythe, une rumeur, un état d’esprit; mais c’est aussi la réalité d’une organisation de quelques dizaines de militants seulement, fermement décidés à impulser le combat national et à se sacrifier pour que la Guadeloupe devienne « libre, souveraine et heureuse…(Charte du GONG  juin 1963).

Quatre années seulement s’étaient écoulées depuis le jour où, le 23 juin 1963, au 6 bis de la rue Rougemont, à Paris, dans une salle prêtée par la FEANF ( Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France), s’était tenue cette réunion qui avait vu la fondation officielle du Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe (GONG). Ce jour-là, la soixantaine de militants anti-colonialistes, anciens militants de l’AGEG (Association Générale des Etudiants Guadeloupéens) ou encore membres de cette organisation la plupart, travailleurs émigrés et soldats fraîchement démobilisés d’Algérie pour d’autres, adoptait définitivement la charte de l’organisation.

« Mé 67 » seconde édition  Raymond Gama Jean-Pierre Sainton (1ère édition 1985)

Edition Lespwisavann Mai 2011 p26

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :