La langue

« La langue qui ne sait quoi mettre dans la bouche des nègres-de-terre, et qui assiège mal les évènements de leur esprit. La langue, alors, qui impose sa ronde secrète, remodèle le pays, transforme le peuple des cannes à sucre en paysans d’Europe. La langue qui inscrit l’Ailleurs dans le plus intime des battements de paupières. La langue dont l’orgueil flatte d’augustes militances où se dévoie toute vérité. La langue qui ne fait pas langue mais s’érige en Führer de l’imagination et du coeur. La langue qui ne s’interroge pas et qui n’interroge pas l’Ecrire même, dédaigneux Shôgun sur une terre qui s’incline. La langue qui clarifie sans pièce divination ».

 »Ecrire en pays dominé » Patrick Chamoiseau. Gallimard p: 79

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :